En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Qui est Julien Matagne, député wallon ?

Né le 23 décembre 1984 à Charleroi, j’ai grandi à Gerpinnes. Mes parents se rendent vite compte que je suis une vraie pile électrique : entre le foot, la course à pied, quelques trails, marathons ou triathlons, je pratique également le VTT, le ski, le snow ou encore l’enduro.

Fils d'ouvriers et l’aîné de deux enfants, j’ai passé une partie de mon enfance en France pour les besoins professionnels de mon père pour ensuite revenir à Gerpinnes, ma commune de cœur, où j’ai étudié au Collège Saint-Augustin avant de m’orienter vers l’Expertise automobile à Mons. Une vie estudiantine animée par de nouvelles rencontres, des projets d’avenir et divers student jobs.

En 2007, une fois mon diplôme en poche et des rêves plein la tête, j’entame ma carrière professionnelle au sein de la rédaction du Moniteur automobile. Journaliste automobile, le job passion par définition qui m’a permis de faire des rencontres, voyager, partager une passion commune et apprendre toujours plus.

Par ailleurs, je suis toujours resté très impliqué dans les projets associatifs de ma commune : folklore, théâtre, sports ou encore le scoutisme qui me vaudra le totem « Antilope ». Bref, j’ai de l’énergie à revendre et j’aime la consacrer aux projets qui me tiennent à cœur.

Plus tard, l’envie de m’investir davantage pour le bien être de mes concitoyens émerge m’invite en politique. Cet engagement m’a ouvert les yeux sur les défis de notre société. Des sujets passionnants, des thématiques fondamentales, des projets ambitieux. Candidat pour la première fois aux élections communales en 2012, je profiterai des trois premières années sur le banc des conseillers communaux pour me former dans les matières que je suis appelé à prendre en charge à mi-mandat dans ma qualité d’Echevin des Finances, Mobilité, Sécurité routière, Mouvements de jeunesse, Énergies, Nouvelles technologies.

Lorsque j’ai pris cet engagement je n’avais jamais envisagé de faire de la politique ailleurs qu’à l’échelle locale. Mais récemment, Véronique Salvi m’a sollicité en vue de lui succéder au Parlement wallon et à la Fédération Wallonie-Bruxelles. En bon petit soldat, j’ai accepté l’offre de mon parti cdH. Un pari osé de proposer un jeune en tête de liste des élections régionales 2019, un pari tenu puisqu’en juin 2019 je devenais le plus jeune député cdH.

Si l’automobile reste l’une de mes passions, je souhaite aujourd’hui relever de nouveaux défis et faire profiter de mon expérience au service des citoyens. J’aime les nouveaux challenge surtout lorsque l’enjeu consiste à travailler pour offrir des projets d’avenir à nos jeunes. La Wallonie a du talent, cultivons le.